L\'Insoluble

L\'Insoluble

Regarde ce que tu effleures des doigts

 

regarde ce que tu effleures des doigts

la chair brunâtre et rouge, or et feu, la terre humide,

ce qui brusquement prend logique, une inaltérable logique de quand tu es plus loin

non, la beauté, ce n'est pas là

je le comprends aussi

c'est autre

comme murs chauds d'une maison détruite

la Feuille, toujours,

l'Arbre, aimé,

voilà c'est la fresque des morts et ceux qu'on touche

infiniment plus larges à la lampe étendue

d'or et de feu couverte

tremblant

 

 

(instants d'Arbre)

 



18/11/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres