L\'Insoluble

L\'Insoluble

proche

On vit l'automne au bout des armes. On a posé le coeur dans le cellier près des tilleuls. Les lèvres sur l'écriture. Car tu n'es jamais éloigné.

De pâles cabochons de feldspath aux reflets lunaires gardent leur lien.  Dans la foule glacée, mon nom que tu énonces. Un arbre appuie ses branches sur mes mains, je t'aime tant.


   

 

(Car tu n'es jamais éloigné)

 

 

RIMG0128.JPG

 

 

 

 



24/09/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres