L\'Insoluble

L\'Insoluble

Notes sur des cailloux, en été. Digne et Clue de Barles.

Je ne sais plus qui disait que les géologues en France avaient deux patries, la leur et les Alpes.

 

 Peut-être que je ne suis pas géologue, ou pas encore, mais cela n'est pas vrai pour moi. Déjà avoir une patrie est une difficulté. Si je regarde bien, le seul et unique endroit où je me sois jamais sentie chez moi, c'est Kirriemuir et la région des Glens, Glen Clova, Glen Esk, Glen Prosen et surtout Glen Isla. Je ne dis pas que je les connais comme ma poche, je connais bien mieux (et aime) tous les éléments de la chaîne Varisque, en tout cas l'Auvergne, la Bretagne (loin dans le temps mais...), les Maures. Mais j'ai dans ces régions d'Ecosse l'indubitable certitude que ceci est ma maison, et le restera à jamais.

 

Par contre, les Alpes me font peur. Mais sans me fasciner. Pas la peur fascinée des séismes, ou du Pérou, ou de l'Himalaya. La bête peur, sans plaisir ni connexion particulière.

 

Pourquoi est-ce que je disais ça... Oui. Parce que lorsque je me balade au-dessus de Digne, dans la clue de Barles, je sens tout de suite que les choses ne vont PAS ETRE SIMPLES, qu'elles vont aller dans tous les sens, que le pendage d'une couche ne va jamais être le même si je prends la mesure un tout petit peu plus loin (et je le vérifie). Que la direction des plis va aller dans une direction Nord sud ici, mais sud est nord ouest là-bas. Que parfois les structures seront tellement torturées, avec des plis qui se referment sur eux-mêmes, que j'abandonne le regard d'apprentie-géologue pour voir, avec un frisson d'horreur, la terre se plier, presque hurler dans la douleur. A une échelle de temps qui n'est pas la mienne, mais qui est bien réelle, la preuve.

 

 

 

 

 

Mon marteau ne va pas servir à grand-chose ici, il est même interdit par un signe sur le panneau de l'entrée des gorges, mais je repère quand même quelques roches particulières : des marnes très sombres, et cette roche grise avec des filets blancs, que l'on voit ci-dessous dans le Bès, le ruisseau des gorges, et que je retrouverai un peu partout ailleurs :

 

 

 

Des plis impressionnants. Plus isopaques que ceux-ci, ce n'est guère possible, ils mériteraient de figurer dans les docs de cours de tectonique, tellement ils sont réguliers :

 

 

Pendages et directions. Dans un sens :

 

 

 

Dans un autre :

 

 

et carrément à 90 degrés :

 

 

 

Cet élément-là, j'ai vraiment failli le rater, on le voit dans un sens, mais absolument pas dans l'autre, c'est seulement en retournant sur mes pas qu'il m'apparaît, et il est vraiment particulier, et c'est le seul que j'ai vu ce matin-là : élément marin? pillow lavas?

 

 

Je rentre un peu frustrée, de tout ce que je ne connais pas encore, de ce que je suis encore incapable d'analyser, de tout ce qui, encore, n'est *pas à mon niveau*.

 

Dans le jardin, une dentelle de stylolites me redonnent une idée de bonheur :

 

 

 

 

 

Et le soir je regarde la lune, avec les chats...

 

 

 

 

 

 



23/08/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres