L\'Insoluble

L\'Insoluble

ma traduction du sublimissime sonnet 29

 

Dans la disgrâce et le regard hostile des hommes

Quand la fortune m'oublie, je pleure seul mon existence de damné

Je hurle jusqu'au ciel, qui ne m'écoute, mes cris sans utilité

Et je regarde ce que je suis, et je maudis ma voie

Désirant tellement être comme les rassasiés en espoir

Dessiné comme eux, comme eux entourés d'amitié

Désirant l'art de cet homme, le pouvoir de cet autre

La moindre miette qui me pourrait enfin contenter

Et méprisant presque ce qu'en moi je découvre.

Alors soudain je pense à toi

Et  là mon âme

Ainsi qu'au début du jour l'alouette

S'élevant de la terre sombre, chante au ciel ses cantiques

Car de ton pur amour remémoré une si grande richesse me vient

Que je ne voudrais échanger ma place pour un royaume.



William Shakespeare

 

 

When in disgrace with Fortune and men's eyes,
I all alone beweep my outcast state,
And trouble deaf heaven with my bootless cries,
And look upon myself and curse my fate,
Wishing me like to one more rich in hope,
Featured like him, like him with friends possess'd,
Desiring this man's art, and that man's scope,
With what I most enjoy contented least.
Yet in these thoughts myself almost despising,
Haply I think on thee, and then my state,
Like to the lark at break of day arising
From sullen earth, sings hymns at heaven's gate;
For thy sweet love remembered such wealth brings
That then I scorn to change my state with kings.

 



30/09/2009
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres