L\'Insoluble

L\'Insoluble

La lampe en silence

 

 

Mais il suffit que tu sois là dans ses voilures

pour que je marche près d'une lampe silencieuse

précautionneusement allumée

 

 ( Le Chemin Absolu)

 

 

 

 

.

j'ai un fil dans ma poche

mais en réalité je n'en ai pas

de poche

ni rien d'autre

je n'ai que lui

ce lien de pluie et de lumière

 

 ------

 

 

je te dessine la plateforme blanche, inondée de soleil

 

si je fumais j’aurais sans doute ce rituel de feu

et à ton arrivée

nous aurions un regard très grave

 

comme un examen de séisme

quand on ne sait rien des paramètres

 

ni même

ni même s’il y a une faille à cet endroit

 

 

 --------

 

entre nos deux espaces

une seule écharpe de vent

et dans le café noir

cette si précieuse rencontre entre le calme et  l'intensité

 

-------

 

vous savez quoi ?

il y a sans doute un prédateur, une proie vulnérable

une souffrance aux dents  très longues

here be lions and bears the map says

et moi c’est la terreur

mes mains qui tremblent dans mes poches

et vous savez quoi ?

 

il n’y a rien

juste une lampe

incompréhensible

chaleureuse

précautionneusement allumée

 

 

------

 

 

pour faire une rivière

creuser la pente avec son corps

-en calcaire cénomanien par exemple-

et quelques fractures

puis attendre la pluie

 

le résultat est poétique

on serait bien embêté pour l’incertitude

 

mais pour la rivière

jamais elle n’a coulé avec autant d’affection

 

 

 

-------

 

 

une ligne inconnue de faille

depuis le front jusqu’au regard

 

je trace la géomorphologie de l'univers

au moment exact de convergence

 

entre l’intense et la tendresse

 

 

 -----

 

 

il prend son  épuisette

et dans le  lac brûlant

repêche une île d'écume

elle était  peut-être au bout du désespoir

 

 

 ----

 

 

l'aile de cette alliance est dense

contre le pourrissement de la mort

- et ici je ne suis pas en train de parler de la chair -

 

nous sommes une maison jaune

nous sommes une superstructure habitée

 

 

----

 

 

Je fais un rêve, où tu demandes 

amiga mia, ta maison, dans quel pays est-elle?

et au matin je te réponds 

(près du jardin de l’autre bord, près de l’espace entre les marches

près du ruisseau qui est miroir des eaux du ciel )

 

Que tu n'as pas compris. 

Que la maison, c’est toi.

 

 

----

 

 

un homme

au grand parapluie vert

 

une onde claire sur ma route

à l'infinitésimale droite, à l'angle aigu de mes pensées

comme si d'avoir touché la peau

ou ses mains pâles

rassurait

 

je me demande

 

combien de fois mon cœur

luttant dehors les murs de sa maison

combien de fois être une femme

 

et quand cet homme

au grand parapluie vert

et ses mains pâles

reviendront

 

 

 ---------

 

 

C'est la célébration du matin

8h 53  entre Demonte et Monterosso.

Tu regardes un séisme de magnitude 1.25.

 

Commence un jour de fin d'hiver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



08/01/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres