L\'Insoluble

L\'Insoluble

Création de chansons



 

C'est au moment, toujours le même, où les oiseaux se rassemblent. A ces instants-là, il est toujours difficile de savoir la place juste, entre tourbillons de vies et de concepts.

Alice-Guillaume-Candice-Marissa-Guillermo-Fab-Amélie-Johanne-Clémentine-Franck... Qui d'autre? Franck-Nadine-Candice-Guillermo-Fab-Johanne-Rémy-Clémentine-Guillaume...… Jérôme-Candice-Guillaume-Marissa-Amélie-Clémentine-Franck-Jean-Pierre-Alice…...

Bon, j'arrête, je ressemble à une poule qui compte ses poussins. Ils ont commencé par l'attitude pincée propre aux étudiants de fac de lettres, quand ils déboulent dans ma salle au deuxième étage. Il leur faut toujours un certain temps pour assimiler que le... Truc qu'ils ont en face d'eux (moi) peut être pris au sérieux.

Une fois que c'est fait (et cela arrive si vite, si vite !! Chaque fois cela me touche tant...), ils s'installent dans une attitude affectueuse, genre je pourrais leur conter l'annuaire du téléphone, ils ne m'en voudraient pas. Par contre dire ce qu'ils pensent, oui, et d'une manière directe qui fait passer la mienne, pourtant réputée pour sa franchise, pour de la manipulation insidieuse.

Puis quand je les ennuie ils baillent. Avec distinction. Ou alors ils se mettent à jouer, comme des pichouns lâchés sur un terrain de basket.

Je les nomme Panier de Chiots.

 

Il est ici et me parle. Je ne sais pas réellement ce qu'il raconte, il est là et il parle, ma vie comprend cette parole, ce soir comme demain, tous les jours où les oiseaux se rassemblent.

 

Ce cours, c'est une vraie foire. Je suis un cirque ambulant, passant du poème rêveur au texte le plus pompeux qu'on ait inventé sur la terre, puis à une musique sublime qu'il va falloir exécuter à la tronçonneuse, heureusement que mes collègues écriveurs des villes et des champs ne sont pas là, qu'est-ce que je prendrais. Bref bon, on en est au cycle central : programme d'écoute, chant, espace, temps, couleur, forme, création de chanson, bla, bla...

Hey, stop ! Qu'est-ce qu'on a dit, là ? Création de chanson?

Ben oui.

Faut bien que vous voyiez ce que c'est, hein ? Alors on se met par groupe, trois groupes, hop, voici de ma-gni-fi-ques textes.

? ?

Z-avez quatre vers. A mettre en musique. William Blake (je l'ai piqué à Florence Noël, celui-là), Nadia Tuéni, Paul Eluard. Entre quatre et six accords, pas plus (faut pas pousser, Georges ne joue que sur I-IV-V, on ne va pas refaire la Turangalila symphonie, là, tout de suite)

Un quart d'heure. Hop.


C'est alors que je vis un aigle. Un aigle si grand qu'il n'y en avait certainement jamais eu de pareil sur Ubik.

Et il était parcouru de spasmes. Dans l'auberge, le visage de l'ange se pencha vers moi, essuya mes larmes avec ses cheveux noirs si longs qu'ils atteignaient la terre.
- Que se passe-t-il? C'est affreux...
- Non, il ne faut pas dire ça, me dit l'ange.

 

Il y a deux secondes soixante quinze de silence consterné. Puis Guillaume et Jean-Pierre, qui en ont vu d'autres, se mettent rapidement au travail, suivis des filles. Les p'tits derniers  sont timides, se mettent par trois.

Un quart d'heure !

Pas une minute de plus. Pas un début de seconde de davantage. Je n'en crois pas mes yeux. Jamais, jamais je n'aurais imaginé qu'il se passerait ce genre de choses au bout d'un quart d'heure.

Je pense que c'est à une heure à vol de ramier ou d'archange, pas plus. Oui, une heure. Je vois les forêts je respire l'air étincelant, pourquoi m'a-t-on caché cela? Une heure à vol de ramier, pas plus…. Et dans les hauts plateaux, juste là sur Thorenc, chevaux de Pzrewalski et bisons d'Europe courent librement sur les herbes, chevaux de Pzrewalski et bisons d' Europe. …Et cerfs élaphes, et isards des sommets, et brocards et goupils, mais surtout chevaux sauvages, bisons d'Europe….

Le moment qui suit est un grand moment. Fab joue sur des accords de gospel, et les trois voix des femmes retournent les sources du poème. Elles sont dressées, claires, blondes, elles chantent la tresse la plus étrange entendue jamais sur le mot « joie ».

Puis  c'est le tour de Tuéni, sa guerre. Ils ont fait encore plus fort, TROIS versions différentes des mêmes phrases, pas une, trois. La voix de Jérôme, canon dans le lointain, voix de Jérôme. La voix de Franck, incroyablement belle, au piano des lianes ouvertes.

Blake de nouveau, Candice et Clémentine, longs cheveux noirs se mêlant aux longs cheveux noirs des hommes, à la chaleur, à la guitare.

Pour cela je n'ai pas de mots, il n'y a pas de mots pour dire création musicale, pas de mot du tout, j'ai beau chercher. Juste bonheur, joie, fierté, partage.

Et quand je descends sur la route, Grand Soleil….

 

Et à propos d'archange, un  jour j'appelai André Gabriel. C'était un de ces soirs où l'on se perd, enfin vous savez. Je retrouvai sa voix comme une auberge. Il était tard, et j'entendais parler autour de lui. Il me dit « attends » puis il sortit « sur la terrasse », disait-il. Ce n'est qu'au bout de plus d'une heure que je me rendis compte que les larges bruits d'étoffe qui se tissaient comme une respiration autour de nous étaient un bruit de vagues. « Où es-tu donc ? » demandai-je alors, tout à coup consciente que je venais sans doute de l'interrompre et qu'il n'était pas chez lui.

« A Chypre »

« …... »

« merveilleux pays, tu sais, je suis sorti, je suis face à la mer, mais que c'est beau dans la nuit bleue !… »

Et nous continuâmes ainsi de parler entre vagues.

 

 




22/11/2006
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres